Délégué UMP local
Jean-Didier Berger

Jean Didier
Accès au blog

Recevoir la lettre d'information de Jean-Didier Berger ?
Votre nom
Votre e-mail
Hauts de Seine
Blogosphère

2011-2014 Un projet pour LES HAUTS-DE-SEINE

En un peu plus de trente ans, les Hauts-de-Seine ont su se forger une identité.
Grâce à une majorité départementale dont l’unité ne s’est jamais démentie, ils sont l’illustration d’une réussite exemplaire en Île-de-France.

Le Conseil général est aujourd’hui une collectivité territoriale importante, gérant un budget de 1,7 milliard d’euros, consacrés en majeure partie à l’action sociale, à la petite enfance, aux personnes âgées, à l’enseignement et à des investissements considérables dans le domaine des transports. Son intervention dans le domaine de la rénovation urbaine et du logement est essentielle.

L’action de la Majorité départementale dans les Hauts-de-Seine a souvent inspiré des politiques engagées par l’État au plan national.

Cette réussite s’appuie sur un développement économique voulu ou accompagné par la majorité départementale. Celui-ci n’aurait pu s’accomplir sans la mise en oeuvre d’une politique cohérente d’aménagement, menée conjointement avec toutes les communes du département, et la mise en oeuvre de grands projets structurants.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle page qui s’ouvre. À l’heure de la mondialisation, de nouveaux défis doivent être relevés au service de l’emploi.

Alors que le Grand Paris est en train de naître, nous devons en être une pièce majeure et anticiper sur le futur réseau de métro rapide.

Enfin, il faut savoir répondre aux attentes des familles, d’une société qui évolue, comme aux besoins d’une vraie proximité.

Avec vous, nous allons réussir les Hauts-de-Seine de demain.
Majorité départementale

1. Un projet pour le développement et la solidarité des territoires
Territoire d’urbanisation continu, véritable « ville des villes », mais territoire de diversité urbaine, économique et sociale, les Hauts-de-Seine ne peuvent imaginer leur aménagement et leur développement au service de tous que de façon coordonnée et solidaire.

C’est avec toutes les parties prenantes : élus municipaux, acteurs socio-économiques, acteurs associatifs, que sera élaborée une nouvelle « Charte de développement et d’aménagement des Hauts-de-Seine », instrument partagé et fédérateur destiné à hiérarchiser les priorités et éclairer la répartition des rôles et des responsabilités, notamment à la veille de la grande réforme territoriale.
Transports en commun : s’inscrire résolument dans le projet “Grand Paris Express“

 

  • Depuis plusieurs années, le Département a investi massivement dans ce secteur avec le développement d’un véritable réseau maillé de tramways (T1, T2, T6, T10 demain…).
  • Le lancement du projet « Grand Paris Express » présente, pour les Hauts-de-Seine, un enjeu et une opportunité exceptionnels pour compléter et développer le réseau départemental : rocade nord-sud interconnectée, du RER B au RER C, tout au long de « l’arc » des Hauts-de-Seine ; liaisons directes à Roissy et Orly ; prolongement d’Éole, de Saint-Lazare à La Défense pour désengorger la ligne A…
  • Le Conseil général 92 doit également obtenir, dans le cadre du projet du Grand Paris, la mise en place d’une zone à tarification unique pour les Altoséquanais, trop pénalisés par l’actuel « Pass Navigo ».

Accélérer la résorption des poches de ségrégation ou d’exclusion urbaine
Depuis les années 90, le Département a engagé une politique très volontariste de rénovation urbaine (Pacte 92) : résorption de l’habitat insalubre ; rénovation/recomposition lourde de quartiers ; accompagnement social et professionnel. Cette politique doit être intensifiée. Un département comme les Hauts-de-Seine ne peut accepter sur son territoire le maintien de telles situations. La solidarité territoriale doit jouer à plein.
Se battre pour préserver l’excellence économique du Département et maintenir son attractivité

  • Entre les grandes métropoles mondiales, la compétition est permanente.
  • L’attractivité, synonyme de création d’emplois, d’investissement, de création de richesses et de services pour tous, ne se décrète pas, elle se bâtit et se défend au quotidien.

Il s’agit donc de :
Conforter les pôles d’excellence économique du Département

  • Port de Gennevilliers au nord.
  • Pôle d’affaires et de finances international de La Défense.
  • Pôle en développement dans la boucle du Val de Seine, notamment centré sur les nouvelles technologies et le multimédia.
  • Pôle de recherche et de formation sur la santé et les biotechnologies au sud.

Inscrire ces pôles dans la politique des pôles de compétitivité animée par l’État et favorisant la mise en réseau entreprises/centres de recherche/centres de formation. Poursuivre le soutien du Département à l’enseignement supérieur.
Faire des Hauts-de-Seine un modèle de développement maîtrisé et durable.
Attirer et fidéliser des hommes et des entreprises c’est aussi leur garantir la qualité de leur environnement, naturel comme bâti et des équipements et services mis à leur disposition. Pour que « la ville » soit une vraie garantie d’épanouissement et d’équilibre.
Le Département devra ainsi poursuivre son effort en faveur du cadre de vie.

  • Protection et valorisation des espaces naturels sensibles, de la biodiversité.
  • Qualités des espaces publics.
  • Mise en oeuvre du schéma de reconquête et d’aménagement des berges de Seine.
  • Reconquête des sites pollués ou délaissés.
  • Développement des promenades aménagées et des « parcours buissonniers ».
  • Mise en oeuvre du schéma départemental des circulations douces.
  • Requalification des grandes routes départementales et partage modal de la voirie…

Gérer les ressources naturelles, et notamment l’eau en favorisant la perméabilité des sols et l’organisation séparative des réseaux d’assainissement…

2. UN PROJET POUR LES FAMILLES, À TOUS LES ÂGES DE LA VIE
Accompagner les familles, permettre leur épanouissement, aider les jeunes et soutenir les personnes âgées sont une des responsabilités principales du Conseil général. Elle doit évoluer au rythme des changements de notre société, de la démographie et des nouvelles aspirations de nos concitoyens, en gardant comme objectif la cohésion sociale de notre Département.
L’accès pour tous à un logement est une priorité.

  • Les Hauts-de-Seine sont le département le plus performant d’Île-de-France pour la création de logements (3794 en 2009, dont 524 logements étudiants). Ce n’est pas suffisant. L’objectif de 4000 logements sociaux et 1000 logements étudiants par an livrés d’ici 2014 doit être rapidement dépassé. Dans le même temps, 2000 logements intermédiaires, destinés aux classes moyennes, seront réalisés.
  • Le dispositif de « prêts logements 92 » doublant le prêt à taux zéro de l’État sera poursuivi.
  • L’accession sociale à la propriété, engagée dans certaines villes, sera étendue. Le Département soutiendra les bailleurs sociaux pour la création de logements adaptés au grand âge et au handicap.
  • L’Établissement public foncier des Hauts-de-Seine, créé en 2007, accompagnera les communes dans la réalisation de nouveaux logements par l’acquisition du foncier. L’action en faveur de la petite enfance sera amplifiée pour répondre à la demande des parents.
  • La population des Hauts-de-Seine augmente, et la proportion des jeunes ménages s’accroît. Concilier vie familiale et vie professionnelle implique qu’ils disposent de structures d’accueil pour la petite enfance et de modes de garde diversifiés.
  • Le Département apportera son aide aux communes pour la création de crèches, de micro-crèches et de jardins d’enfants. Il facilitera l’augmentation du nombre d’auxiliaires parentales et d’assistantes maternelles, en particulier en donnant à celles-ci une priorité dans l’accès à des logements adaptés. Le réseau de centres de protection maternelle et infantile (PMI), qui accueille plus de 40 000 mères et enfants par an, sera modernisé et étendu.
  • L’allocation BB Dom 92 sera maintenue.

5 Les personnes âgées bénéficieront de nouveaux services.
> Une véritable politique de soutien aux services de proximité sera mise en place pour les personnes âgées. Les associations facilitant les liens intergénérationnels seront soutenues par le Département.
> L’effort pour l’ouverture de places en maisons de retraite sera poursuivi mais l’accent sera mis sur l’aide au maintien à domicile des personnes âgées. Les CLIC, présents aujourd’hui dans presque toutes les villes des Hauts-de-Seine, disposeront de moyens supplémentaires.
> L’attribution de la carte Améthyste, valable sur les réseaux de transport RATP et SNCF, sera facilitée par l’abaissement des contraintes de revenus.
> Le plan Alzheimer, permettant de diagnostiquer la maladie le plus tôt possible, fera l’objet d’une communication adaptée. Le risque lié à la dépendance fera l’objet d’un plan spécifique, adapté aux dispositions qui seront prises au plan national. Le handicap sera mieux pris en compte.
> L’efficacité de la Maison départementale des personnes handicapées sera améliorée. En coopération avec les communes, ses services devront être déconcentrés pour une meilleure proximité avec l’usager.
> L’action des APEI sera soutenue de façon plus systématique par le Conseil général. La mise aux normes et l’accessibilité seront assurées avant 2015 sur l’ensemble du patrimoine du Département. Des subventions spécifiques seront attribuées aux communes pour qu’elles réalisent un effort comparable.
> L’opération « Vie dans la ville » de l’ADAPEI sera soutenue par le Conseil général.
> La scolarisation des enfants handicapés sera facilitée par un réseau d’auxiliaires de vie scolaire plus nombreux. Les familles en difficulté seront accompagnées.
> Les associations mettant en place des « logements passerelles » seront aidées dans leur action par le Département.
> En complément du RSA versé par le Conseil général, les « espaces insertion » seront généralisés en partenariat avec les communes afin d’apporter un service personnalisé de retour à l’emploi.
> Les projets d’associations et d’entreprises du tiers secteur seront aidés dans le cadre d’une nouvelle politique de l’économie sociale et solidaire.
> Un objectif de clauses sociales dans 10 % des marchés publics, un soutien aux initiatives de crédits coopératifs et de micro-crédits, permettront à de nombreuses personnes en difficulté de redémarrer dans la vie professionnelle.

3. UN PROJET POUR LES CITOYENS
Le pacte républicain, auquel nous sommes tous attachés, passe par l’éducation, la formation, l’intégration et l’emploi. C’est la fonction de l’école comme de l’entreprise et des associations. La culture, le sport contribuent à construire la citoyenneté. Faire vivre ce pacte républicain implique également que l’enjeu de la sécurité soit fermement pris en compte dans le Département.
Les cent collèges publics des Hauts-de-Seine s’inscrivent dans une démarche d’excellence.

  • Pour la seule année scolaire 2010-2011, le Conseil général ouvre cinq nouveaux collèges, tous labellisés « très haute qualité environnementale ». Ils s’ajoutent aux nombreuses réalisations effectuées depuis une vingtaine d’années et à la réhabilitation de la plupart des établissements anciens.
  • Cet effort exceptionnel de constructions se conjugue avec la création de classes ULIS pour les élèves handicapés, ainsi que par une démarche exemplaire en matière de restauration scolaire. L’aide aux familles en difficulté sera renforcée dans ce domaine.
  • Le développement de l’environnement numérique des collèges, y compris les trentetrois établissements privés, permettra à tous les élèves d’entrer avant 2014 dans l’ère du numérique.
  • L’acquisition des langues étrangères sera facilitée.
  • Chaque année, dix mille élèves bénéficieront du dispositif SIEL, qui permet de mener des projets éducatifs innovants ouverts sur le monde extérieur.
  • Le plan de réussite à l’école et une meilleure insertion scolaire (PREMIS) profiteront chaque année à plus de mille collégiens en difficulté scolaire.
  • De nouveaux « internats pour la réussite » ouvriront leurs portes dans les trois prochaines années, s’ajoutant à ceux déjà réalisés depuis 2004.
  • Dans le cadre d’un projet éducatif global, les moyens seront apportés aux collèges pour une pratique plus importante du sport.

Aider les petites entreprises dans leur développement, c’est soutenir l’emploi dans les Hauts-de-Seine.

  • Le partenariat avec les Chambres de commerce et d’industrie et la Chambre des métiers et de l’artisanat doit s‘accentuer dans de nombreux domaines : des dispositifs seront mis en place pour aider les créateurs d’entreprise à accéder aux sources de financement et à trouver des locaux adaptés.
  • Le Conseil général aidera au maintien et au développement des commerces de proximité et à l’artisanat. Il soutiendra les initiatives de la Chambre des métiers et de l’artisanat dans le domaine de la formation et celles des communes pour l’animation du centre-ville et des quartiers.
  • Le développement des PME à l’exportation bénéficiera d’une aide particulière dans le cadre du réseau « Hauts-de-Seine International », avec le soutien à la participation à des séminaires et des salons.
  • L’aide aux projets individuels ou collectifs des jeunes sera renforcée dans le cadre du Fonds d’insertion aux jeunes (FIJ).

La vie culturelle et sportive doit être encouragée dans le Département.

Les Hauts-de-Seine disposent de nombreux équipements culturels et sportifs, des sites prestigieux et un patrimoine important. Ils seront valorisés au service de politiques fédératrices. Dans la boucle sud de la Seine, la Vallée de la Culture, se conjugueront des équipements nouveaux, comme une grande salle de spectacle sur l’Île Seguin, avec un patrimoine ancien, manufacture de Sèvres, domaine de Saint-Cloud, jardins Albert-Kahn.

  • Un partenariat avec les communes permettra la mise en réseau des événements culturels.
  • Un Pass Culture Senior permettra un accès plus facile à l’ensemble de ceux-ci.
  • Le Département favorisera le sport de haut niveau, qui a un effet d’entraînement sur la pratique sportive de la jeunesse. Les clubs seront soutenus dans leur activité de formation et d’intégration, en particulier en faveur du handicap.
  • Les équipements départementaux pourront être mutualisés avec les communes de façon à accueillir jeunes et adolescents de villes différentes en période de vacances scolaires.

Le Conseil général répondra au besoin de proximité.

De nombreux services du Département sont aujourd’hui présents dans la plupart des communes. C’est le cas des PMI et des circonscriptions de la vie sociale. Mais le besoin de proximité est de plus en plus important.

  • En partenariat avec les communes, des « espaces solidarité » mutualiseront l’accueil pour l’ensemble des formalités relevant du Département.

La prévention et la sécurité sont le socle de notre pacte républicain.

Le Département est institutionnellement en charge de la politique de prévention et, à ce titre, présent dans toutes les instances locales ou communales en charge de ces problèmes (comités locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, etc.) Il doit utiliser cette position institutionnelle et le levier budgétaire pour structurer et coordonner, avec l’aide de tous les acteurs, depuis la police nationale jusqu’aux associations locales, une véritable politique départementale mais de proximité en faveur de la sécurité de chacun.

Le Département doit renforcer sa veille et accompagner ceux qui sont les plus fragiles.

  • L’action en direction de la protection des populations les plus fragiles, dans des territoires très urbanisés et donc souvent anonymes et déshumanisés, doit s’organiser de façon pragmatique, diversifiée et au plus près du terrain. C’est la responsabilité du Département d’assumer cette mission, soit directement – par l’intermédiaire notamment de ses travailleurs sociaux –, soit indirectement, en soutenant financièrement les initiatives locales, communales et associatives.
  • Protection des mineurs ; dispositifs de veille et d’écoute 24h/24 ; financement de locaux de proximité dédiés aux jeunes…
  • Action et campagnes de sensibilisation contre les violences faites aux femmes, protection et accompagnement personnalisé des personnes les plus âgées ; aide à l’accès au droit, soutien à la parentalité… Le

Département doit renforcer ses dispositifs de prévention.

  • Soutien à la scolarité, lutte contre l’absentéisme scolaire, encadrement des jeunes après l’école.
  • Prévention de la délinquance et des conduites à risque, prévention spécialisée.

Le Département doit soutenir l’action en faveur de la sécurité publique.

  • Avec les communes : développement de la vidéoprotection, équipement des polices municipales.
  • Avec la police nationale : reconstruction des commissariats vétustes, aide à l’équipement et à l’investissement dans le matériel roulant, renforcement des moyens de communication.

Articles similaires

Une réponse à to “2011-2014 Un projet pour LES HAUTS-DE-SEINE”

  • Patrick S. dit :

    La candidate socialiste à l’élection cantonale propose un catalogue fourre-tout de mesures toutes plus démagogiques et utopiques les unes que les autres et qui ne sont pas le moins du monde financées. Avec les élucubrations de la candidate socialiste, le budget de toute la Région Ile-de-France ne suffirait pas au seul département des Hauts-de-Seine à moins que d’augmenter toujours plus les prélévements obligatoires qui conduiront à paupériser davantage en premier lieu ceux qui payent le plus d’impôts, c’est à dire les classes moyennes. Les socialistes sont contre la mixité sociale. Plus de Riches et encore moins de moins riches. Les socialistes ne souhaitent qu’une société de pauvres sur lesquels répandre leur « assistanisme » et promouvoir ainsi leur néfaste doctrine sectaire. La prospérité des Hauts-de-Seine est avant tout la richesse de tous ceux qui, par leur travail l’ont construite et en profitent aujourd’hui grâce à une juste répartition et à la saine gestion du Conseil Général actuel depuis des années. Investissement sans faille pour de bons et nombreux collèges, des voiries dapartementales entretenues, une action sociale soutenue au profit des plus démunis.
    Avec les socialistes aux commandes, les Hauts-de-Seine ne tarderaient pas à dégringoler tout au bas de l’échelle pour rejoindre le 9-3 dans la misère des augmentations d’impôts, des emprunts toxiques qui paralysent le développement et de la dégradation des conditions de vie et de la Sécurité qui gangrènent le quotidien des franciliens. Pour toutes ces excellentes raisons, je vous engage vous déplacer nombreux les 20 et 27 mars et à faire comme moi en votant pour le meilleur candidat expérimenté de ce canton : PHILIPPE PEMEZEC.

Laisser un commentaire

Rejoignez nous
Adhesion UMP
Newsletter du blog
Recevoir nos publications par mail
Pop’store
Retrouvez tous les articles aux couleurs de l'UMP dans notre boutique Pop'store
2 rue Pierre Baudry,

Contact 01 46 38 37 09

  • Le lundi de 17h30 à 19h "accueil des jeunes sympathisants"
  • Le mercredi de 10h à 12h30 et de 17h à 19h
  • Le vendredi de 17h00 à 19h00
  • Le dimanche de 10h00 à 12h30
(fermeture pendant les vacances scolaires)

pop store
Le mouvement des idées
Téléchargements

journal ump

UMP TV