Délégué UMP local
Jean-Didier Berger

Jean Didier
Accès au blog

Recevoir la lettre d'information de Jean-Didier Berger ?
Votre nom
Votre e-mail
Hauts de Seine
Blogosphère

Communiqué de presse

 Valérie Pécresse, présidente du groupe Majorité Présidentielle (MP) au Conseil régional d’Ile-de-France, a dénoncé aujourd’hui, lors du conseil d’administration du Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF), le versement, par le syndicat, de « bonus » à la RATP et à la SNCF, au titre de la qualité du service rendu aux usagers.

Alors que les usagers des transports en commun franciliens peuvent chaque jour constater que le service en matière de transports collectifs n’est pas à la hauteur de leurs légitimes attentes, le STIF a versé 13,8 millions d’euros à la RATP et 4,3 millions d’euros à la SNCF au titre d’un « bonus » qualité de service…

Ces chiffres font crûment apparaître le défaut de maîtrise de gestion du STIF par son président, Jean-Paul Huchon, et l’incapacité du STIF à prendre réellement en compte les attentes des usagers dans la relation qu’il entretient avec les opérateurs de transports.

Ainsi, dans les contrats qui régissent actuellement les relations entre le STIF et les opérateurs, la régularité des trains, qui est une préoccupation majeure des Franciliens, n’entre que pour 30 % pour la RATP et 25 % pour la SNCF dans le calcul du bonus-malus qualité de service. Plus étonnant encore, la « perception de la qualité par les voyageurs » n’entre que pour 1 % dans ce même calcul.

Manifestement, le STIF n’a pas su prendre la mesure des attentes des voyageurs qui, à raison, ne peuvent comprendre que l’autorité régulatrice des transports dans notre région verse plusieurs millions d’euros de « bonus » à des opérateurs lorsque, chaque jour, ils ont à subir retards et conditions de transports très dégradées.

Ces « bonus » sont d’autant moins compréhensibles quand, dans le même temps, le STIF augmente de manière inédite le tarif des transports pour les usagers (augmentation de 3.9 % en moyenne, effective depuis le 1er juillet).

A l’évidence, ces crédits seraient mieux employés s’ils étaient investis dans le développement des infrastructures du réseau ce qui permettrait d’améliorer les conditions de transports tout en soulageant l’effort financier demandé aux usagers.

Valérie Pécresse souhaite une révision de la pondération des indicateurs de qualité de service, dans le cadre de la renégociation des contrats qui lient le STIF aux opérateurs et qui doit intervenir dans les mois à venir. Elle souhaite que tous les représentants des usagers soient associés à cette révision afin que soient mieux pris en compte leurs préoccupations, en particulier en matière de régularité des trains et de perception de la qualité de service. Elle souhaite enfin que ces indicateurs deviennent des outils au service d’une politique d’investissement, qui seule permettra durablement l’amélioration de la qualité de service.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Rejoignez nous
Adhesion UMP
Newsletter du blog
Recevoir nos publications par mail
Pop’store
Retrouvez tous les articles aux couleurs de l'UMP dans notre boutique Pop'store
2 rue Pierre Baudry,

Contact 01 46 38 37 09

  • Le lundi de 17h30 à 19h "accueil des jeunes sympathisants"
  • Le mercredi de 10h à 12h30 et de 17h à 19h
  • Le vendredi de 17h00 à 19h00
  • Le dimanche de 10h00 à 12h30
(fermeture pendant les vacances scolaires)

pop store
Le mouvement des idées
Téléchargements

journal ump

UMP TV