Délégué UMP local
Jean-Didier Berger

Jean Didier
Accès au blog

Recevoir la lettre d'information de Jean-Didier Berger ?
Votre nom
Votre e-mail
Hauts de Seine
Blogosphère

Le bilan des 100 premiers jours de François Hollande

Nous pouvons être  inquiets pour la France quant à la capacité du gouvernement socialiste à prendre les décisions indispensables qui s’imposent dans le contexte de crise que nous connaissons. A part des augmentations d’impôts et une déconstruction frénétique des réformes du précédent gouvernement, il n’y a eu aucune réforme structurelle courageuse. Et quand pointe l’annonce d’une potentielle décision, s’enchaîne invariablement à gauche et dans le Gouvernement socialiste un concert de désaveux, de contradictions et de couacs.
Nous estimions à l’UMP que le programme du candidat socialiste était déconnecté de la réalité et que ses alliances hétéroclites avec les Verts et l’extrême gauche ne reposaient sur aucun socle solide : Roms, traité européen, énergie et dissuasion nucléaires, gaz de schiste… sont autant d’exemples concrets et récents d’anicroches entre partenaires.
Quand on est d’accord sur rien, on ne décide de rien. Cet été, nous aurons eu un président « normal » c’’est à dire François Hollande qui attend le train à la gare, François Hollande aux jeux Olympiques, François Hollande en bateau, François Hollande à la plage… Rien ne nous aura été épargné. Mais ce concept de « président normal » est une imposture qui permet à la gauche de mieux dissimuler son conservatisme par idéologie mais également par facilité afin de ne pas ébranler toutes les personnes qui l’ont soutenu et qui ne veulent surtout pas que cela change.
Un Gouvernement conservateur qui collectionne les mauvaises décisions.
En matière économique tout d’abord. Fiscalisation des heures supplémentaires qui ne permet plus aujourd’hui en France de travailler plus pour gagner plus. Hypocrisie sur la baisse du prix de l’essence qui va coûter 1,5 milliard à l’Etat et que les contribuables devront financer. Ce tour de passe-passe entre consommateurs et contribuables s’ajoute à l’annonce des 150 000 emplois d’avenir pour les jeunes. Des emplois concentrés uniquement dans le secteur public. 650 000 jeunes de moins de 25 ans sont au chômage et aucune mesure n’est prise sur la formation professionnelle et l’apprentissage qui étaient deux leviers d’action continuellement défendus et mis en œuvre par le précédent Gouvernement. Rien n’est fait pour encourager l’emploi dans le secteur marchand et en plus le gouvernement socialiste attaque le pouvoir d’achat des Français en leur demandant de contribuer, par une hausse des cotisations sociales, au financement du retour partiel à la retraite à 60 ans.
En matière régalienne, il faut aussi déplorer le retour au laxisme (suppression des peines plancher, des tribunaux correctionnels pour mineurs…) et également « la remise en cause, un à un, par Manuel Valls, de tous les piliers de notre politique d’immigration choisie ( arrêt des placements en centres de rétention pour les familles de clandestins, abandon des critères de naturalisation, suppression de la franchise pour l’aide médicale d’Etat permettant ainsi aux clandestins d’être désormais les seules personnes en France de bénéficier d’une couverture maladie à 100M% sans jamais y contribuer…).
Sur l’Europe et notamment le traité européen, François Hollande a fait perdre un an à la France et détruit le lien fort qui unissait l’Allemagne à la France. On ne peut que déplorer que la règle d’or n’ait pu être inscrite dans la Constitution qui va autoriser encore des dérapages de l’Etat et dans certaines collectivités locales comme Clamart des élus qui dépensent sans compter l’argent public.
Face à tous ces errements de François Hollande et du Gouvernement socialiste, il faut mener une opposition sans concession, ni complaisance mais constructive.

Articles similaires

Une réponse à to “Le bilan des 100 premiers jours de François Hollande”

  • Patrick S. dit :

    Le président Normal se déplace désormais en train.
    Le président Normal n’aime pas l’avion.
    L’avion lui rappelle trop ses graves insuffisances voire son incompétence.
    Le président normal est sans aucune envergure.
    Il est resté sans réaction pendant tout l’été.
    Son premier ministre n’arrive pas à décoller,
    son gouvernement bat de l’aile de tous les côtés de sa majorité,
    Sa popularité est en chute libre auprès des français,
    La FRANCE sans véritable pilote aux commandes tangue dangereusement dans la tourmente économique et financière,
    La FRANCE risque à tous moment de s’écraser sur les dures réalités !!!

Laisser un commentaire

Rejoignez nous
Adhesion UMP
Newsletter du blog
Recevoir nos publications par mail
Pop’store
Retrouvez tous les articles aux couleurs de l'UMP dans notre boutique Pop'store
2 rue Pierre Baudry,

Contact 01 46 38 37 09

  • Le lundi de 17h30 à 19h "accueil des jeunes sympathisants"
  • Le mercredi de 10h à 12h30 et de 17h à 19h
  • Le vendredi de 17h00 à 19h00
  • Le dimanche de 10h00 à 12h30
(fermeture pendant les vacances scolaires)

pop store
Le mouvement des idées
Téléchargements

journal ump

UMP TV