Délégué UMP local
Jean-Didier Berger

Jean Didier
Accès au blog

Recevoir la lettre d'information de Jean-Didier Berger ?
Votre nom
Votre e-mail
Hauts de Seine
Blogosphère

Nous devons redonner espoir à notre jeunesse !

Aujourd’hui, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail connaissent une situation plus difficile que celle de leurs parents. Le nombre des chômeurs de 15 à 29 ans a quasi doublé depuis 1975 et pour passer du premier emploi au premier CDI il faut en moyenne 5 ans !

 Cette situation est inacceptable : c’est une angoisse pour les jeunes et une hypothèque sur l’avenir de notre pays. Dans ce contexte, le PS a choisi de promettre aux jeunes allocations, sous emploi et assistanat. C’est un message profondément démagogique, décourageant et dévalorisant !

Démagogique, car les promesses du PS aux jeunes ne sont pas finançables et ne seront donc pas tenues (10 milliards pour une allocation étudiante, 4 milliards pour les emplois jeunes…)

Décourageant, car on ne peut pas redonner espoir à la jeunesse en lui offrant comme seul horizon l’assistanat et le sous emploi.

Dévalorisant, car s’adresser aux jeunes comme à de futurs assistés, c’est leur dénier le statut d’adulte.

Je crois à l’inverse que l’autonomie ne se reçoit pas sous tutelle de l’Etat, mais qu’elle s’acquiert progressivement par l’éducation et le travail. Plutôt que de rendre la jeunesse dépendante aux aides en tous genres, nous devons l’aider, lui confier des responsabilités. A nous de lui donner des outils pour réussir à exprimer son potentiel par la méritocratie, à travers l’égalité des chances. Pour nous, la réussite ne se compte pas seulement en euros ! Réussir c’est aussi faire preuve d’initiative, accomplir des projets, s’engager au service des autres. Pour construire l’avenir avec les jeunes, nous devons aussi lui transmettre les valeurs qui fondent notre communauté nationale.

C’est dans cet esprit de responsabilisation et d’encouragement qu’il faut se mobiliser pour ébaucher un projet pour la jeunesse. A mon sens deux axes prioritaires doivent déterminer notre action :

1) Mettre les jeunes au centre de la communauté nationale :

•un service civique obligatoire de 4 mois pour les 18 à 25 ans pourrait être instauré, pour recréer un moment d’expérimentation de l’appartenance à notre communauté nationale, pour pousser chacun à mettre ses compétences au service de la France.

• Les partis politiques doivent faire preuve de volontarisme pour que les jeunes accèdent aux mandats électifs. A Clamart, nous y veillerons !

2) Renforcer les liens entre le monde éducatif et le monde du travail :

•l’ouverture de classe « métiers-études » à partir de 14 ans, sur les modèles des classes « sports-études », pourrait permettre aux jeunes qui le souhaitent d’axer une partie de leur enseignement sur le monde professionnel.

•l’entrée à l’université devrait être précédée d’un entretien de motivation et donner accès à toutes les formations existantes (la finance comme le grec !). C’est ainsi que les universités regagneront en attractivité et en compétences.

•généraliser les pratiques qui font leurs preuves (encouragement de l’entreprenariat, développement des partenariats avec les entreprises) et investir sur les formations supérieures courtes qui offrent une insertion rapide sur le marché du travail comme les IUT pour faciliter l’entrée des jeunes dans le monde de l’entreprise.

Articles similaires

Une réponse à to “Nous devons redonner espoir à notre jeunesse !”

  • Patrick S. dit :

    L’avenir des jeunes n’est pas en premier lieu un problème politique. Ce n’est pas aux « politiques » à redonner de l’espoir à la jeunesse. C’est avant tout le rôle des parents de ne pas désespérer sa progéniture et de lui donner les meilleures armes de réussite dans la vie. Si les jeunes arrivent moins bien préparés sur le marché du travail que les générations antérieures, c’est avant tout de la faute de leurs parents qui ne savent plus les éduquer dès le plus jeune âge et leur inculquer les valeurs essentielles. La permissivité a pris le dessus. l’éducation civique n’est plus enseignée, les enseignants sont débordés par les problèmes de discipline, le service national a été supprimé. Les politiques ont bon dos à une époque ou les parents n’élèvent plus leurs enfants, et ou les enfants ne se soucient plus de leurs vieux parents et les abandonnent aux « bons soins » de maisons de retraite pas toujours recommandables.

Laisser un commentaire

Rejoignez nous
Adhesion UMP
Newsletter du blog
Recevoir nos publications par mail
Pop’store
Retrouvez tous les articles aux couleurs de l'UMP dans notre boutique Pop'store
2 rue Pierre Baudry,

Contact 01 46 38 37 09

  • Le lundi de 17h30 à 19h "accueil des jeunes sympathisants"
  • Le mercredi de 10h à 12h30 et de 17h à 19h
  • Le vendredi de 17h00 à 19h00
  • Le dimanche de 10h00 à 12h30
(fermeture pendant les vacances scolaires)

pop store
Le mouvement des idées
Téléchargements

journal ump

UMP TV