Délégué UMP local
Jean-Didier Berger

Jean Didier
Accès au blog

Recevoir la lettre d'information de Jean-Didier Berger ?
Votre nom
Votre e-mail
Hauts de Seine
Blogosphère

Articles avec le tag ‘jean-didier berger’

Municipales 2014: L’UMP part à la conquête des villes moyennes

POLITIQUE – L’UMP cible les villes moyennes pour la «reconquête» et le «renouvellement» de ses équipes à partir de 2014, argue son président Jean-François Copé…

Les élections municipales de mars 2013 représentent un enjeu décisif pour l’UMP, qui n’a pas gagné d’élection depuis la présidentielle de 2007. Ce mercredi devant la presse, Jean-François Copé a nationalisé l’enjeu, invitant «les Français à sanctionner dès le premier tour François Hollande», fustigeant le «matraquage fiscal de la gauche» et les «graves défaillances du gouvernement» en matière de sécurité.

Alors que «la gauche détient 54,5% des villes de plus de 9.000 habitants», le président de l’UMP cible la reconquête des municipalités de taille moyenne plutôt que les grandes métropoles qui sont presque toutes acquises à la gauche. «Ce sont les 1.000 villes de plus de 9.000 habitants que nous voulons regagner en regagnant la confiance de nos compatriotes, en recréant un réseau d’élus locaux entièrement dédiés à renouveler l’UMP qui est en train de tourner une page et entrer dans une nouvelle époque», a ainsi déclaré Jean-François Copé.

Plusieurs dizaines de municipalités visées

Parmi les villes visées dans lesquelles les candidats sont jeunes, figurent notamment Auxerre (Yonne) avec Guillaume Larrivé, Angers (Maine-et-Loire) avecChristophe Béchu, Reims (Marne) avec Arnaud Robinet, Clamart (Hauts-de-Seine) avec Jean-Didier Berger, ou encore Rochefort (Charente-Maritime) avecHervé Blanché.

A Clamart (53.000 habitants), Jean-Didier Berger panache sujets locaux et nationaux. «Le maire actuel [Philippe Kaltenbach, le sénateur-maire PS] ne se représente pas à cause des affaires, et les sujets se concentrent sur ce climat local. Mais nous parlons aussi de problèmes nationaux, tels la fiscalité et la sécurité», explique le conseiller municipal et conseiller régional d’Ile-de-France. Quant à sa jeunesse, celui qui a fêté ses 33 printemps précise qu’«elle est un atout mais je n’en fais pas l’alpha et l’omega. Les gens attendent surtout un renouvellement, une proximité, mais aussi compétence et union des équipes candidates».

Des propos qui entrent en écho avec ceux de Jean-François Bures, 47 ans, qui mène campagne à Rouen, en Seine-Maritime. Dans cette ville de 114.000 habitants, l’éparpillement à gauche pourrait bénéficier à la droite, mais celle-ci avance également divisée, l’UMP et l’UDI n’ayant pas noué d’alliance. Pas de quoi donner des sueurs froides au candidat de «la génération montante de l’UMP», qui fait campagne sur le thème du «sang neuf et du renouveau». «Le maire actuel [Yvon Robert, PS], qui a été battu en 2001, est pourtant revenu au pouvoir alors que les Rouennais n’en voulaient pas», précise-t-il. Yvon Robert a été élu maire de Rouen en 2012, succédant à Valérie Fourneyron, nommée ministre. Quant au Front national, que Jean-François Copé redoute en appelant au «vote utile dès le premier tour des municipales», Jean-François Bures nuance: «Il n’y a pas de pression particulière à Rouen, même si d’expérience je sais que le FN n’a pas besoin de battre le terrain pour récolter des voix», ajoute celui qui a mené campagne en 2008 et 2011.

Anne-Laëtitia Beraud
Date : 09/01/2014

Déménagement du siège de la région : un écran de fumée à 16 mois des élections régionales

COMMUNIQUE DE PRESSE

Après avoir pris conscience, suite à l’action menée depuis 2010 par Valérie Pécresse et les élus du groupe Mouvement Populaire, qu’il était choquant et injustifiable de disposer d’un patrimoine de 200 millions d’euros d’hôtels particuliers dans le quartier le plus cher de Paris et surtout de payer chaque année 25 millions d’euros de loyers, Monsieur Huchon tente une manœuvre grossière de diversion : le déménagement en … 2020 !

Après nous avoir prétendu que c’était impossible de déménager et d’implanter les locaux régionaux hors de la capitale, on s’aperçoit qu’aucun obstacle réel ne s’y oppose et surtout que de vraies économies pourraient être réalisées… mais surtout pas tout de suite !

A 16 mois des prochaines élections régionales personne n’est dupe de la manœuvre de l’exécutif de gauche.

Ce que veut la Gauche c’est pouvoir continuer à vivre le plus longtemps possible et le plus luxueusement possible aux frais des Franciliens dans le 7ème arrondissement de Paris. Une gauche qui dit « qu’elle n’aime pas les riches » mais qui préfère vivre avec.

Conseil régional d’Ile-de-France
Groupe Mouvement Populaire
Contact :
01 53 85 68 05 – contact@ump-iledefrance.fr
www.ump-iledefrance.fr
Twitter : @umpidf

Meeting de Jean-Didier BERGER avec Valérie Pecresse

meeting-23-mai

Bijouterie cambriolée à Clamart

Jean-Didier BERGER et toute l’équipe de l’UMP Clamart adresse leur soutien à ce commerçant qui a été une nouvelle fois victime de l’insécurité dans notre ville. Face à cette insécurité, des solutions existent. Mettons-les en place.

François Hollande ou la politique de la diversion permanente

Les Français ont une préoccupation majeure : l’emploi. Or, depuis l’élection de François Hollande, il y a eu en moyenne 1000 chômeurs supplémentaires chaque jour et les perspectives pour 2013 sont malheureusement très sombres car le gouvernement n’a pas pris la mesure du défi du chômage. Les emplois d’avenir ou le contrat de génération apporteront certes une réponse ponctuelle à quelques publics ciblés mais ne changent pas la donne globale du marché du travail. L’accord des partenaires sociaux sur l’emploi et le crédit d’impôt pour les entreprises vont plutôt dans le bon sens mais ne suffisent pas à compenser la somme des taxes et des rigidités imposées à notre économie depuis 9 mois. La situation est particulièrement alarmante.

Pourtant, François Hollande ne semble pas décidé à lancer les réformes indispensables au service de l’emploi : baisses du coût du travail et des dépenses publiques, augmentation du temps de travail, assouplissement du code du travail, simplification de l’environnement fiscal et réglementaire des entreprises, développement de l’apprentissage, amélioration de la formation et du suivi des chômeurs, orientation de l’épargne vers les PME, défense des intérêts commerciaux de la France au niveau européen…

Pour tenter de faire oublier la triste litanie des plans sociaux, François Hollande a choisi la stratégie de la diversion. Le gouvernement ne consacre pas son énergie à la lutte contre le chômage, mais à la multiplication des projets sociétaux « clivants » de façon à créer artificiellement les polémiques qui masqueront ses difficultés sur le plan économique et social.

Le projet d’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe, et ses débats corollaires sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) et la Gestation Pour Autrui (GPA), en sont la plus flagrante illustration. Cette semaine, Jean-Marc Ayrault a aussi ravivé la question du droit de vote pour les étrangers. De même, l’affaire de la taxation à 75%, jugée inconstitutionnelle et dont nous avions toujours dénoncé le côté chimérique, était un simple artifice de communication.

L’attention médiatique a certes été détournée. Mais ces diversions mènent à la division du pays. Car il n’y a pas de consensus dans notre société sur des projets qui bouleversent les fondements de la famille, fragilisent la souveraineté nationale en séparant nationalité et droit de vote, ou dressent les « riches » contre les « pauvres ». Quant à l’idée, relancée cette semaine, de supprimer le mot « race » de la Constitution, elle traduit aussi la méthode d’une gauche qui se contente de manipuler les symboles faute d’agir sur le réel. Qui peut croire un instant qu’il suffit de bannir le mot race pour éliminer le racisme ?

François Hollande joue donc des fractures du pays pour masquer son impuissance. Cette attitude n’est pas responsable : elle risque d’ajouter une crise morale à la crise économique qui fragilise notre pays.

Un an après son discours du Bourget, que reste-t-il des promesses de François Hollande ?

Le 22 janvier 2012 au Bourget, François Hollande prononçait le discours qui lançait sa campagne. De l’avis de la presse, c’était plutôt une réussite. Lui qui avait été si transparent jusqu’alors commençait à incarner l’opposant à Nicolas Sarkozy. Le 22 janvier 2013, un an après, chaque phrase de son discours résonne d’une toute autre tonalité : celle de la déception, des mensonges et de la trahison.

Lui, candidat, promettait de « faire gagner la gauche et redonner confiance à la France ». Président, il n’a réussi que la première partie de sa phrase… car la seconde échoue lamentablement. Alors qu’il prétendait incarner le « rêve français », sa politique a plongé notre pays dans une crise de confiance encore plus grave qu’en plein cœur de la crise économique. Il prétendait apporter « une direction sûre » à la tête de l’Etat : son gouvernement cherche toujours un chef et un cap. L’impréparation de l’application des 75%, les mélimélos sur le droit de vote des étrangers ou la procréation médicalement assistée (PMA), révèlent une décevante indécision pour son électorat et l’absence d’un chef d’Etat pour les Français. Quant à la cacophonie des ministres qui, d’une antenne à l’autre, s’invectivent et se contredisent, elle fait douter de la solidité de la majorité. Il n’y a bien que les Verts qui réussissent la prouesse d’être à la fois au gouvernement et dans l’opposition ! Personne dans le pays ne sait s’il y a un pilote dans l’avion.

Lui, candidat, assurait amener « la justice » en faisant payer les « riches » mais surtout pas les autres. Il fustigeait la proposition de l’UMP d’instaurer une TVA compétitivité. Président, son premier geste est de l’augmenter ! La frénésie fiscale du gouvernement ne s’est pas arrêtée là : bière, Nutella, redevance TV… tout est surtaxé ! Par idéologie, les socialistes ont même refiscalisé les heures supplémentaires, faisant perdre de précieux compléments de salaires aux Français. Face à ce déluge d’impôts, les plus riches s’en vont, emportant avec eux leurs investissements. Quelle belle justice ! D’autant qu’elle va de pair avec une inaction coupable en matière de chômage : il augmente deux fois plus vite depuis mai 2012 ! Il y a un an, François Hollande clamait que la finance était son ennemie ; aujourd’hui, ce sont plutôt les classes moyennes et les travailleurs !

Lui, candidat, promettait d’assurer le rang de la France en veillant à la dépense publique et en relançant la croissance en Europe. Visionnaire, il garantissait même que « le nombre total de fonctionnaires n’augmentera pas ». Président, il a adopté le premier budget qui fasse croître l’emploi public depuis dix ans ! La créativité fiscale socialiste n’a d’égale que son inaction lâche sur la dépense publique. Au final, la France décroche de l’Allemagne. D’ailleurs, depuis mai dernier, l’Allemagne n’a plus confiance en la France.

Lui, candidat, garantissait qu’il redonnerait un avenir à la jeunesse, sa « priorité ». Président, il n’a trouvé que des remèdes poussiéreux : « emplois jeunes » et « contrats de génération » résonnent comme des solutions rouillées. Pour créer de l’emploi, il faut laisser respirer la société et l’économie ; pas les étouffer ! Il faut aussi libérer l’école : depuis le mois de mai, tout est fait dans l’intérêt de quelques syndicats corporatistes ; rien pour nos enfants. On est loin, très loin, de ce dont la France a besoin.

Lui, Président, les Français sont pris dans les difficultés bien réelles du quotidien.

Un an après le discours du Bourget, la France manque de cap. Son gouvernement vivote, mais ne porte aucune ambition. Le redressement économique n’est pas même en préparation. Le discours de janvier 2012 était une vaste tromperie. Lui, candidat, prétendait faire rêver. Lui, Président, la France déprime.

L’UMP rassemblée pour être le premier parti d’opposition républicaine à François Hollande qui met la France à genoux

Aujourd’hui, notre famille politique est rassemblée et mobilisée pour « être le premier parti d’opposition républicaine à François Hollande qui met la France et les Français à genoux.

Mardi 15 janvier, au siège de l’UMP, Jean-François Copé a présenté la nouvelle équipe de direction collégiale, conformément à l’accord passé avec François Fillon. Cette équipe sera concentrée sur deux objectifs principaux avec la construction d’une nouvelle ligne politique et la reconquête des territoires perdus.

Des états généraux seront organisés régulièrement au siège de notre parti et rythmeront, cette année et l’année prochaine, thème par thème, la construction de cette ligne politique à l’image de la première réunion consacrée le 24 janvier à la Famille et à la question du mariage pour tous.

Sur la reconquête des territoires perdus,  compte-tenu du très grand mécontentement des Français devant les politiques engagées par François Hollande et le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault, il y a les conditions d’une véritable vague bleue. Le pays ne va pas bien, il est mal dirigé. Nous invitons tous les sympathisants à rejoindre l’UMP pour reconquérir, renouveler ou apporter leur concours aux listes mises en place par notre mouvement dans toutes les communes de France et notamment à Clamart.

Affaire Kaltenbach – lettre aux Clamartois de Jean-Didier Berger

Télécharger la lettre aux Clamartois concernant « l’affaire Kaltenbach« 

Le budget de la Défense ne doit pas être sacrifié.

Il y a de quoi être inquiét devant l’ « extrême complaisance » du PS qui privilégie le dialogue avec les Verts au préjudice de  l’intérêt supérieur du pays. Après les années Jospin qui n’ont eu cesse de taillader le budget de la Défense, l’éventuelle coalition entre le PS et l’EELV ferait du budget de la Défense « une variable d’ajustement ».

Cela remettrait en cause non seulement la protection des Français mais également les équilibres fragiles qui garantissent aujourd’hui notre Défense et la protection de chacun d’entre nous dans un monde marqué par des bouleversements économiques et géopolitiques majeurs. Cela conduirait à l’affaiblissement de la France et aurait des conséquences économiques dramatiques pour la croissance, l’innovation et l’emploi.

L’alliance dont la France a besoin c’est une alliance avec les Français et une alliance avec nos alliés. La reconnaissance des liens entre l’armée et la nation est l’un des axes forts des propositions de l’UMP qui vient enrichir le projet 2012.

L’objectif est d’affirmer son attachement à la France et le fait qu’on soit prêt à défendre ses intérêts. Il faut renforcer la commémoration du 11 novembre par une journée nationale de la mémoire et du souvenir pour tous les morts pour la France, renforcer la reconnaissance de l’engagement militaire, instituer un moment solennel d’engagement à la Nation à travers un serment que prêteraient tous les jeunes Français, lors de la journée d’appel à la défense ou lors des cérémonies de naturalisation.

Communiqué de presse

J’ai participé hier à une réunion organisée par Valérie Pécresse en présence de Claude Evin et de Mireille Faugère, responsables de l’Agence Régionale de Santé et de l’AP-HP afin d’exprimer les inquiétudes des Clamartois concernant la réorganisation qui touche notamment l’Hôpital Béclère. Voici le communiqué de presse rédigé par notre groupe à l’issue de cette réunion.

Jean-Didier BERGER
Conseiller régional

Résultats des élections internes UMP du 23 Octobre 2010

Pour l’analyse et les commentaires, veuillez vous rendre sur le billet résultats des élections internes UMP du blog de Jean-Didier Berger

Elections UMP Clamart

Courrier ouvert : l’élu UMP porte plainte

Réunion à Clamart

Grande réunion militante autour de nos têtes de liste départementales à Clamart le lundi 15 février à 20h30 salle Hunebelle

Une belle Victoire ! Jean-Pierre SCHOSTECK Elu Député avec 51,56%

Un grand MERCI

 Aux 19775 électeurs de la circonscription dont les 7828 Clamartois, les 4789 Châtillonnais, les 4675 Robinsonnais, et les 2483 Fontenaisiens qui ont approrté leurs suffrages à Jean-Pierre SCHOSTECK et Jean-Didier BERGER avec notamment un score de 53,03% à Châtillon et 61,56% au Plessis-Robinson.

Lire la suite de cette entrée »

Jean-Pierre FOUCHER soutient Jean-Pierre SCHOSTECK et Jean-Didier BERGER

Jean-Pierre FOUCHER

Ancien Député-Maire de Clamart Soutient

    Jean-Pierre SCHOSTEC

et

Jean-Didier BERGER

 

fcbbc15d214a42c11a2eebb1f40c8808.jpg

Pour faire barrage au candidat socialiste autocrate

Pour éviter la victoire du sectarisme et de la démagogie

Mais surtout

Pour avoir un bon député intègre et efficace

Pour que vous soyez toujours entendus

Pour que vous soyez toujours défendus

Pour que nous restions résolument dans la réforme

ATTENTION DIMANCHE PROCHAIN

  3 FEVRIER 2008 – SECOND TOUR   

Lire la suite de cette entrée »

Rejoignez nous
Adhesion UMP
Newsletter du blog
Recevoir nos publications par mail
Pop’store
Retrouvez tous les articles aux couleurs de l'UMP dans notre boutique Pop'store
2 rue Pierre Baudry,

Contact 01 46 38 37 09

  • Le lundi de 17h30 à 19h "accueil des jeunes sympathisants"
  • Le mercredi de 10h à 12h30 et de 17h à 19h
  • Le vendredi de 17h00 à 19h00
  • Le dimanche de 10h00 à 12h30
(fermeture pendant les vacances scolaires)

pop store
Le mouvement des idées
Téléchargements

journal ump

UMP TV